LA POLYVALENCE POUR RÉALISER LE PLUS LARGE ÉVENTAIL D’EXAMENS

Pourquoi choisir
le DX-D 300 ?

Flexibilité optimale. Installation simple dans un espace restreint.Le DX-300 est une façon simple et rapide de passer à la radiologie numérique directe. Avec ce système, vous profiterez  constamment de l’excellente qualité d’image offerte par le logiciel de traitement d’image MUSICA.

  • Un moyen abordable de passer à la radiologie directe
  • Large éventail d’examens dans un espace restreint
  • Positionnement automatique et réglages des constantes pilotés pour chaque incidence par la station d’acquisition MUSICA
  • Salle universelle, souple et abordable associant un positionnement entièrement motorisé, augmentant la productivité
  • Technologie de détecteur à base d’iodure de césium offrant la possibilité de réduire la dose reçue par le patient
  • Traitement d’image MUSICA pour un flux de travail optimisé et une haute qualité d’image

Passer facilement à l’imagerie DR

La polyvalence pour réaliser le plus large éventail d’examens. Une rapidité d’acquisition
améliorant la productivité. Une facilité d’installation pour les espaces limités.
Le DX-D 300 est la solution adéquate pour passer à la radiographie numérique capteur plan.

the-right-choice

LA VISUALISATION RAPIDE ENTRE LES EXPOSITIONS PERMET D’AMÉLIORER L’EXPÉRIENCE DU PATIENT

La prévisualisation immédiate offerte par le DX-D 300 avec un lancement en moins d’une seconde après l’exposition, garantit un rendement élevé et permet ainsi de réduire le coût par examen et de libérer rapidement le patient. La flexibilité de la radiographie numérique permet également un flux de travail polyvalent pour un large éventail d’expositions ainsi que pour des examens complexes, comme la fonctionnalité jambe complète / colonne complète. Le DX-D 300 améliore la fiabilité du diagnostic et renforce la sécurité du patient du fait de la présence de l’opérateur et de la potentielle réduction de doses.

STATION D’ACQUISITION ET DE TRAITEMENT D’IMAGE MUSICA

Conçu pour répondre au besoin de polyvalence dans le domaine de l’imagerie numérique générale, le DX-D 300 offre un aspect unifié des images pour les examens DR et CR et vous donne le choix d’exporter vos données DICOM sur un reprographe et/ou un RIS/PACS. En combinant les capacités du logiciel de traitement d’image MUSICA et la station d’acquisition MUSICA, il offre un flux de travail optimisé ainsi qu’une connectivité DICOM aux PACS, SIH/SIR et imageurs.

« La réduction des doses est devenue une histoire passionnante : tous les radiologues doivent avoir connaissance de la dose administrée aux patients et savent que ces derniers sont mieux informés et poseront de plus en plus de questions. »

Dr Steven Mendelsohn Directeur Général/Directeur Médical, Zwanger-Pesiri Radiology, New York, États-Unis

En savoir plus

ZP2

Erlangen_phd

« Nous obtenons des images de meilleure qualité et plus parlantes en termes de diagnostic, avec une dose de rayonnement réduite. La haute qualité d’image du DX-D 300 est essentiellement due au détecteur à base d’iodure de césium et au logiciel de traitement d’image MUSICA. »

PD Dr Karina Hofmann-Preiss Institute of Imaging Diagnostics and Therapy (BDT), Erlangen, Allemagne

En savoir plus

DX-D 300 &  MUSICA, 3ème génération

clinical_grey

En mai 2014, le DX-D 300 a été équipé du logiciel MUSICA de 3ème génération, le dernier né des logiciels de traitement des images, qui intègre encore plus de fonctionnalités. Pour collecter des informations fiables quant à la dose de rayonnement et la qualité d’image avec le logiciel MUSICA de dernière génération, des radiographies du thorax ont été évaluées sur une période de cinq semaines après l’installation du logiciel.
PORTÉE DE L’ÉTUDE

Un total de 354 patients, âgés de 17 à 94 ans, ont participé à l’étude (Fig. 1). Les examens ont été réalisés sur 190 patients de sexe masculin et 164 patients de sexe féminin. Pour 74 des patients, seules des images PA ont été prises et pour 280 patients, des clichés à deux plans ont été réalisés. Les paramètres d’exposition étaient les suivants : 117 kV pour les images PA, 125 kV pour le rayonnement latéral avec exposition automatique, grille anti-diffusion r = 8:1, f0 = 180 cm, 52 L/cm. Les valeurs de produit dose-surface ont été calculées en cGy x cm2 et la dose effective pour les rayons X individuels a été estimée sur cette base en utilisant un facteur de conversion (0,002). La valeur BMI a été calculée pour 275 patients du groupe et s’échelonnait entre 18 et 44 (Fig. 2)

RÉSULTATS INITIAUX

Pour les images PA et les images latérales, les produits dose-surface pour toutes les valeurs BMI se trouvaient clairement en dessous de la valeur de dose de référence allemande établie à 16 cGy x cm2 ou 55 cGy x cm2 pour les images latérales. Le produit dose-surface moyen pour les images PA de ce collectif était de 6,44 cGy x cm2 et pour les images latérales, il était de 16,01 cGy x cm2 (Figs. 3 et 4). La dose effective moyenne pour une radiographie du thorax PA dans le collectif était de 0,013 mSv et de 0,046 mSv pour les clichés à deux plans. Le plus faible produit dose-surface à une valeur BMI de 18 était de 3,1 pour les images PA et de 5,02 cGy x cm2 pour les images latérales. Dans ce cas, la dose effective pour l’ensemble de l’examen correspondait à 0,016 mSv. Le produit dose-surface maximum pour une image PA était de 14,7 cGy x cm2 et le produit dose-surface correspondant pour une image latérale dans un tel cas était de 36,3 cGy x cm2. Ici, la dose effective totalisait 0,1 mSv pour la totalité de l’examen. La qualité de l’image a été évaluée en ligne avec les exigences qualité des directives publiées par le Bundesärztekammer sur la qualité des images en radiologie diagnostique.

Conclusion

Même à des valeurs BMI très élevées, aucune limite n’a été observée au regard de la visualisation des éléments caractéristiques, des détails essentiels ou des structures critiques.

La région rétrocardiaque du poumon et les structures médiastinales ont toutes pu être parfaitement étudiées même pour les patients en surpoids (Fig. 5 et 6).

Il s’est notamment avéré plus facile d’étudier la région rétrocardiaque du poumon et les structures médiastinales sur la base d’une comparaison intra-individuelle entre MUSICA² et MUSICA dernière génération

graph_DXD300

FROST & SULLIVAN

Click edit button to change this code.

Technologie MUSICA

MUSICA s’appuie sur un module mathématique de traitement d’image FMR (Fractional Multiscale Reconstruction). Ce nouveau module mathématique scinde précisément les composantes de l’image en fractions microscopiques pour les soumettre à un traitement séparé. Cette technologie permet une analyse indépendante de chaque pixel tout en conservant une approche commune afin de préserver les détails faiblement et fortement contrastés.
Le diagnostic se cache dans les détails.

En savoir plus

RÉDUIRE LA DOSE

Les solutions de radiographie numérique d’Agfa sont conçues pour offrir un équilibre optimal entre une faible dose de rayonnement et une haute qualité d’image, tout en fournissant les outils pour surveiller les expositions du patient.

En savoir plus

* Les tests avec des radiologues certifiés ont déterminé que les détecteurs au bromure de césium (CR) et à l’iodure de césium (DR) utilisés avec le traitement MUSICA peuvent offrir des réductions de dose comprises entre 50 et 60 % par rapport aux systèmes traditionnels CR au fluoro-bromure de baryum. Contactez Agfa pour plus de détails.

Une question ?

Remplissez le formulaire ci-dessous et nous vous répondrons de manière individuelle.

  • Soyez le premier à recevoir de nouveaux livres blancs, des articles d’expert et plus encore.

  • Nous stockons et traitons vos coordonnées pour répondre à votre demande. Vous confirmez que vous avez pris connaissance de la politique de confidentialité d'Agfa N.V.
    À tout moment, vous avez le droit de vous désinscrire de notre newsletter.